L’assurance vie ou l’assurance décès ?

L’assurance vie et ses modes de fonctionnement ne sont pas toujours bien perçus. En effet, il faut bien différencier l’assurance vie en cas de vie, et l’assurance vie en cas de décès, appelée aussi assurance décès.
Il n’y a pas si longtemps votre assureur pouvait vous proposer des contrats mixtes. Désormais, l’assurance vie est clairement séparée de l’assurance décès. Clarifier les choses était une étape essentielle pour que les garanties de l’une et de l’autre s’étendent, et répondent parfaitement à vos attentes. L’assurance vie a ainsi pris de l’ampleur, notamment dans le cadre de la retraite.

En assurance décès, il est question d’un contrat entre deux parties mais dont les futures indemnités seront versées à une troisième partie. On peut donc parler de relation triangulaire. Ces trois parties sont les suivantes :

> L’assureur : Il garanti une future indemnisation contre une cotisation. C’est lui qui fixe les conditions d’application du contrat.
> L’assuré : Si cette personne décède, la procédure d’indemnisation pourra être lancée.
> Le ou les bénéficiaires : Ce sont les ayants droits, les personnes nommées par l’assuré et qui pourront bénéficier d’une prime ou d’une rente. L’assureur prend donc le risque d’assurer un client en cas de décès.

En assurance automobile, l’assureur vous assure contre le risque d’accident. Pour autant, tout le monde n’a pas forcément un accident de voiture dans sa vie. Par contre tout le monde décède un jour ou l’autre. L’assurance décès vous assure donc contre un risque inévitable. Le jour du décès de l’assuré, l’assurance devra indemniser les ayants droits. La plupart du temps, la procédure est simple car dans 95% des cas, les bénéficiaires d’une assurance décès sont les enfants ou le conjoint de la personne décédée. Mais d’autres personnes peuvent être désignées, comme un membre de la famille éloignée, un ami proche ou une association. À noter que si l’assuré n’a désigné personne comme bénéficiaire dans le contrat d’assurance décès, l’assureur devra verser les indemnités dues aux héritiers de l’assuré. Les héritiers devront alors payer des droits de successions calculés en fonction du montant du capital reçu.

Pour toute information complémentaire, contactez nous.

Fermer le menu